La Louange et l’Adoration

Psaumes 34:2

Je bénirai l’Eternel en tout temps; Sa louange sera toujours dans ma bouche.

Psaumes 63:4

Car ta bonté vaut mieux que la vie. Mes lèvres célèbrent tes louanges.

 

Psaumes 95:2

Allons au-devant de lui avec des louanges, Faisons retentir des cantiques en son honneur!

Actes 16:25

Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les prisonniers les entendaient.

1-Introduction

Louange et Adoration telles que décrites dans la Bible sont des moments où le peuple d'adorateurs est convié à se réunir devant son Dieu – souvent solennellement dans l’A.T. pour célébrer la louange de Dieu. 

Louange et Adoration en cela, ne doivent en aucun cas être « banalisées ». Alors que nous sommes là en réunion pour ces moments de communion spirituelle dans l'Assemblée, amenés dans l'Esprit à exalter le nom du Seigneur, il ne s’agit nullement d'être là pour taper des mains et de crier notre joie, écouter de la musique, ou pourvoir à une quelconque performance artistique ou musicale – pour le simple plaisir d’être sur scène ou alors participer dans la salle. Car le danger de ce type de comportement existe très souvent dans nos églises – et beaucoup de ceux présents ramènent tout cela à une satisfaction de leur propre égo. Il est bon de faire toutes ces choses-là pour le seul but de louer et acclamez Dieu.

L’attitude de Louange et Adoration est un aspect très important, car nous ne pouvons nous présenter avec légèreté devant Dieu. Et, par exemple, autant la Sainte Cène prise sans discernement a des conséquences décrites dans 1Co 11, autant se présenter devant la louange sans avoir clarifié sa relation avec Dieu ne peut porter que des fruits stériles. La louange d'un coeur contrit et rempli de l'Esprit Saint a une valeur toute autre aux yeux de Dieu. 

La préparation personnelle, autant que la préparation en commun est un moment important. Il incombe surtout aux chantres et musiciens de se présenter devant Dieu pour être dans une attitude unie.  Avec action de grâce avant le service et souvent à l’initiation du moment du culte le Dimanche. De préférence, l’assemblée devra être conviée par un moment de silence ou un moment de musique choisie pour l’incitation à repentance et présentation devant dieu avant d'entamer la louange. 

Il nous faut aussi nous présenter avec humilité d’esprit - et arriver à ce moment du culte du Dimanche avec les mains remplies des fruits reçus du Seigneur durant la semaine. D’autant plus que ces fruits sont en amont et en aval de notre temps de louange et d’adoration. Nous arriverons donc avec les mains pleines de nos fruits, mais nous repartirons de la même manière, encouragés, exhortés, avec les mains pleines d'encore plus de fruits dont nous ne soupçonnions même pas l’existence en arrivant ce matin-là.

Le moment du culte de Louange et Adoration est là, pour nous consacrer à Dieu en tant que royaume de sacrificateurs – couvrant toute la frange des présents du plus petit au plus vieux – famille rassemblée autour de l’Epoux, s’attendant à donner le meilleur – avec nos sacrifices de sacrificateurs et - aussi - disposés à recevoir le meilleur - car nous allons recevoir de grandes choses.

2-Définitions ?

 

Bien que Louange et Adoration sont deux termes associés souvent ensemble, des différences notables existent entre Louange et Adoration dans le rôle remplie par chacune. Voir plus loin points 3 et 4.

La démarche de la Louange et Adoration est en premier, une démarche personnelle intime de chaque croyant avec Dieu. Mais elle est aussi une démarche en commun de la communauté des croyants réunis ensemble en tant que Corps de Christ pendant le culte d’adoration que nous voulons adresser à Dieu.  

Dans l’intimité

Chaque croyant est amené à pratiquer Louange et Adoration aussi souvent que possible et comme poussé par le Saint Esprit dans sa relation intime avec Dieu. Très souvent, elles sont associées aux moments journaliers de prières, supplications, remerciements et méditation de la Parole de Dieu.  

Ces moments intimes nous servent à nous connecter, nous mettre devant Dieu pour Lui soumettre tous nos sujets personnels (de prière), ainsi que les sujets concernant notre famille spirituelle, tout ce qui a rapport avec la vie de notre assemblée, mais également les besoins spécifiques des frères et sœurs, de nos familles, des personnes en détresse, les sujets concernant les défis sociaux, politiques, crises, autour de nous, etc.  

En cela, cette démarche est essentielle pour notre nourriture et notre édification personnelles, dont nous avons tous, sans exception, tellement besoin. C’est la démarche clé par excellence de notre sanctification. Et en cela elle s'accompagne de notre louange personnelle. 

Moments en commun – (le Culte)

Autant Louange et Adoration sont essentielles dans notre démarche et marche spirituelle personnelles, autant elles sont au cœur même du moment de culte dominical pour nous mettre en face de notre Maître et Dieu.

Louange et Adoration nous permettent de partager en commun - en tant que Corps de Christ – la grandeur de notre Dieu, notre joie de l’appartenance à Christ, et notre reconnaissance de l’œuvre accomplie sur la Croix pour nous, l’espoir d’une vie éternelle en Sa présence.

Moment clé, le moment Louange e Adoration nous permet de nous mettre devant Dieu pour Lui porter allégeance, et crier Sa victoire sur l’ennemi. Autant l’adversité, la misère, la maladie, l’indifférence ou la mort, etc. peuvent nous accaparer dans nos préoccupations journalières, autant ce moment de Louange et Adoration doit être dédié pour regarder non-point à nos propres soucis – en d’autre-termes à notre propre personne – mais, dédié à louer Celui qui est la victoire pour nous, car Il a déjà vaincu pour nous. En cela nous pouvons et devons remercier le aussi le Seigneur pour ce qu'Il fait pour nous 

Le moment de Louange et Adoration est aussi le moment où nos esprits s’unissent - dans l’unité avec Son Esprit, pour confesser Son Nom comme notre Dieu, avec entière effusion qui vient de nos cœurs.

Nous sommes là pour :

Exalter :        Faire de grands éloges pour ses actions, ses qualités, et célébrer Ses mérites.   
 

Magnifier :  Célébrer Son grand Nom

Glorifier :     L’honorer quelqu'un en proclamant Sa gloire, Sa Renommée éclatante

Révérer:       Se prosterner devant Lui en Le considérant dans tous Ses attributs – et Lui seul

Remercier:  Pour l'ouvre accomplie à la Croix et son intervention dans les événements de notre vie

3-C’est quoi la Louange en particulier ?

 

La louange est le fait de rendre hommage à Dieu pour ce qu’Il est. Elle comprend des chants (et aussi parfois des danses) glorifiant le Seigneur. Elle est principalement le reflet de notre joie - devant Lui et devant les frères assemblés - de Lui appartenir et, de se communiquer entre nous cet enthousiasme à nul autre pareil.  

Le moment de Louange - sous l’instigation du Saint Esprit -  permet de pratiquer les dons de l’Esprit tels que décrits dans le Nouveau Testament - ce qui peut se traduire par une parole de connaissance, une parole d’encouragement ou d’exhortation, une prophétie, la pratique d’une langue - à partir du moment ou cette langue est interprétée par la personne elle-même ou par une autre personne ayant le don d’interprétation. Tout cela, suivant les préceptes de la Parole de Dieu tels que décrits notamment dans 1Co :12 et 1 Co : 14.

 

Dans tout cela, il faut se mettre à la disposition de l’Esprit afin que tous nos regards soient tournés uniquement pour louer le Seigneur.

4-C’est quoi l’Adoration ?

Alors que la Louange est un moment de joie communicative, l’Adoration est, elle, le moment où nous nous mettons devant Dieu pour nous humilier nos esprits devant Sa Majesté.

Qui dit Majesté, dit Roi. Ici son Trône n’est partagé avec quiconque d’autre. C’est le Trône de la Majesté Divine décrit par Jean dans le livre de l’Apocalypse -  qui nous montre deux personnes : l’une assise sur le trône (Apocalypse 4,2) et une autre au milieu du Trône, comme un Agneau immolé (Apocalypse 5,6).

Ce moment sert pour associer nos voix à louer ce Roi.

L’Adoration c’est de déclarer notre entière dépendance en Lui, notre soumission, notre espoir de moments présents et à venir sous Sa grâce, nos cœurs attendris par le travail déjà accompli en nous, sa victoire sur la Croix sur les forces du mal.  

5-Transition avec les autres moments du Culte

Louange et Adoration ne sont pas des moments séparés du Culte et forment un ensemble cohérent avec les autres moments.

Elles sont destinées à nous amener – parfois progressivement - à nous mettre devant Dieu. En cela, elles sont très liées aux moments de prière pendant le Culte, de la pratique des dons comme nous l’avons vu précédemment, au moment des offrandes et de la dîme, au moment des témoignages et partages, à notre préparation pour recevoir et partager la Sainte Cène, ainsi que le moment de partage de la Parole de Dieu inspirée et transmise au travers du porteur du message. 

 

Tous ces moments séparés peuvent souvent être agrémentés par des chants et des cantiques appropriés nous conduisant aux pieds du Seigneur.

 

6-Comment pratiquer la Louange et l’Adoration?

Quelques réflexions :

 

Premièrement,

Notre louange doit passer « par Jésus-Christ ». 

A part lui, nous sommes misérablement éloignés de Dieu.

A travers la mort de Christ, Dieu nous a réconciliés avec lui-même et nous accepte à présent comme saints, sans défauts, et libres de toute accusation. Nous venons proclamer cela.

 

Vous est-il arrivé d’avoir l’impression que vous ne pouviez pas louer Dieu aussi bien que les autres, chanter aussi bien qu’eux ou être aussi libre dans votre manière d’exprimer votre adoration ? Rassurez-vous ! Si vous venez à Dieu à travers Christ, vos offrandes sont parfaitement acceptées. Vos chants sont beaux, vos paroles de louange sont précieuses et la reconnaissance de votre cœur monte au ciel comme de l’encens.

Deuxièmement,

Nous devons nous rappeler que la louange est un sacrifice. C’est donner quelque chose de nous qui est précieux. 

 

A travers Malachie, le Seigneur a réprimandé les Israélites d’avoir méprisé son nom. "En quoi avons-nous méprisé Ton nom ?" demandèrent-ils. Ils l’ont fait en plaçant de la nourriture impure sur l’autel, et en offrant en sacrifice des animaux aveugles, boiteux et malades (Mal 1.6-8).

 

G. Campbell Morgan, évangéliste anglais considère un sacrilège que de  prendre quelque chose qui n’a pour nous aucune valeur et de l’offrir à Dieu.

 

Troisièmement

De la même manière Matthew Henry commentateur et exégète a cette pensée : Si nous adorons Dieu dans l’ignorance et sans rien comprendre, c’est que nous apportons en sacrifice des animaux aveugles.

 

 

 

En conclusion sur ce point

 

Tout cela demande une préparation et une disposition personnelles -  avant et pendant les moments consacrés à la Louange et l’Adoration.

 

  • Un Esprit tourné vers le Seigneur. Nous ne chantons pas pour chanter, nous chantons et écoutons pour louer, adorer, exhorter, et être exhortés - Et le rôle de l’équipe de louange est essentiel en cela pour préparer l’assemblée à revêtir la bonne attitude

 

  • Louange et Adoration demandent de nous mettre en harmonie par rapport aux préceptes de la Parole. Et autant que cela se peut, en avance du moment: Venir à la Louange et à l’Adoration dans de bonnes dispositions, dans une attitude pour demander pardon, de se débarrasser de tout ce qui peut être séparation, y inclus un péché non confessé, une animosité contre un frère ou une sœur, une attitude négative vis-à-vis d’une personne ou de l’assemblée en général, d’un esprit critique ou parfois acerbe, ou tout simplement de l’indifférence.

 

  • Louange et Adoration demandent un esprit d’humilité, un esprit d’ouverture pour recevoir, un esprit de tolérance – tout le monde n’a pas le même ressenti par rapport à un style ou une façon de chanter. On peut se ressentir plus proche de chants  « traditionnel inclus dans les hymnes » ou « plus chants modernes ». Plus de bruit, moins de bruit, plus rythmique, moins rythmique. Il est vrai que ces différents points peuvent indisposer. Il est cependant tout aussi vrai que tout cela doit être mis avant tout devant le Seigneur. Nous sommes faits de différentes sensibilités, de différentes perceptions, de différents aspects physiques, etc. et cela par exemple ne crée pas pour autant dissonance dans nos familles ou nos amitiés et nous savons respecter des avis opposés aux nôtres. De la même manière, et combien plus là, nous sommes réunis pour L’adorer Lui. Il ne s’agit pas de nous mais de Lui. Sachons agir en conséquence. 

7-L’Equipe de Louange ?

 

L’« Equipe de Louange » est constituée de frères et sœurs qui ont reçu cet appel du Seigneur Lui-même. On ne s’improvise pas chantre parce que nous aimons chanter, ou musicien parce que nous aimons jouer - surtout devant les « autres ».

L’Equipe de Louange est formée de personnes ayant accepté le Seigneur comme leur Dieu et leur Maître, et qui ont démontré qu’ils vivent en nouveauté de vie.

L’Equipe de Louange agit en conformité avec l’esprit de l’Ancien Testament - comme un sacerdoce - où une partie des Lévites était désignée pour cela :  Héman, Asaph, Ethan. (Voir sujet plus loin).

Vouée à un ministère à part entière, l’équipe de louange doit :

  • Etre soudée ensemble autour du Seigneur. En cela il est essentiel qu’elle puisse se réunir régulièrement, en dehors des heures de répétition afin de constituer une équipe homogène, centrée sur le Seigneur, et non sur les talents des individualités formant l’équipe

 

  • Consacrer le temps nécessaire pour être à l’écoute du Seigneur pour l’organisation du moment de Louange et Adoration. Cela peut consister de moments de prière en commun : prière pour les besoins des personnes incluses dans le groupe de louange,  prière pour la joie de partager ce ministère ensemble, prière pour les besoins individuels émanant du groupe de louange.

  • S’atteler à la sélection des chants de la semaine (En étroite collaboration avec le contenu , les sujets et thèmes choisis par le président du culte et le message apporté) 

  • Coordonner et être en étroite collaboration avec le Conseil Spirituel afin qu’il se dégage une attitude commune dans la prière dans un seul esprit et une solidarité commune.

  • Préparer et exhorter l’assemblée à l’adoration pendant les moments de Louange et Adoration

  • Exhorter ceux qui s’avancent pendant la Louange et l’Adoration pour chanter, prier ou témoigner

  • Découvrir, encourager, exhorter et guider les nouveaux talents que le Seigneur suscite dans l’assemblée ; et les intégrer au fur et à mesure à l’équipe de louange, ce qui amènera un renouveau souhaitable

8-Pour aller plus loin:

   Louange et Adoration Instituées par Dieu dans l’A.T et le N.T.

Les mots hébreux et grecs utilisés pour ce concept sont très nombreux. Le terme hébreu le plus courant est (Hillel) dérivant d’un mot qui signifie : faire du bruit (1Chr 16 :4 ; Esd 3 :10 ; Néh 5 :13 ; Ps 22 :23 ; Es 38 :19-20 ; Jér 20 :13 ; Joël 2 :26) ; d’où l’adjectif (mehalal) qui veut dire digne d’être loué, valorisé (2S 22 :4 ) ; tehillah qui veut dire chant de louange, glorification (Ex 15 :11 ; 1Chr 16 :35 ; Néh 9 :5 ; Ps 9 :15 ) . De ces mots vient Alleluia (louez Yahwé, l’Eternel), repris dans presque toutes les langues. Zimmer signifie jouer, chanter pour Dieu, le célébrer (Juges 5 :3 ; 2Sa 22 :50 ; 1Chr 16 :9 ; Ps 7 :18 ; Es 12 :5) d’où zimra et zamir (Es 24 :16) : chants de louanges (Ex 15 :2 ; Es 51 :3).

ChabhaH (Rendre large, publier, célébrer) (Ps 117 :1 ; Dan 2 :23).

Rum : élever (Ps 30 :2) ; romam : élévation, chant de louange (Ps 66 :17). Certains termes sont associés à des gestes corporels tels que :

barakh (bénédiction) veut dire : ployer les genoux, d’où rendre hommage, louer (Gen 9 :26 ; Dt 8 :10 ; 2Sa 22 :47 ; 1Chr 29 :10 ; Néh 8 :6 ; Ps 16 :7 ; Ez 3 :12 ; Dan 2 :20).

Yadah (hommage ou louange) était aussi associé primitivement aux gestes accompagnant la louange, la confession du nom de Dieu. Utilisé  souvent dans l’A.T. (Gen 29 :35 ; 49 :8 ; Ps 49 :19…). 

Dans le N.T. les  mots grecs expriment les mêmes nuances. Et les plus fréquents sont Aineô litt glorifier et louer (Luc 2 :13,20)  ; epaineô litt: louange, éloge (1Cor 11 :2, 17,22) ; eulogeô  (Math 14 :19) ce mot veut signifie dire du bien, d’où les dérivés ainos (Math 21 :16 ; Lc 18 :43) ;  Ainesis signifie sacrifice de louanges Héb 13 :15.

Petit ajout de l’essence du culte :

La louange et l’action de grâces dominaient tout le culte de l’ancienne alliance ; le sacrifice quotidien comme ceux de sabbat étaient accompagnés du chant des Psaumes et de musique instrumentale (Ps 104 :33)

Nous voyons donc que tous les mots utilisés dans la Parole de Dieu ramènent systématiquement à l'adoration, la lounage, l'homaage, la gloire qui doivent être rendus à Dieu 

Revenons aux textes de 1Chroniques 16

La nomination du personnel religieux.

Les versets 1-3 nous donnent l’aperçu du culte et le roi qui bénit le peuple, ensuite David chargea Asaph de s’occuper de l’Arche dans sa nouvelle demeure (v 4-5,37 et de prier et de louer l’Eternel.

 

Avec Asaph se trouvaient d’autres Lévites (sont tous mentionnés dans 1Chr 1517-18), ce sont eux qui devaient accompagner les louanges de leurs instruments de musique.  C’est le roi David qui composa les chants de louanges pour l’occasion (v 8,36).

 

Notons aussi que Asaph veut dire collecteur, il était lévite fils de Bérékiahou de la famille de Guerchom (1Chr 6 :24,28,39,43), Asaph était toujours accompagné d’Hémân et d’Etân, c’est Asaph qui faisait retentir les cymbales devant l’arche lorsqu’on la transporta de la maison d’Obed-Edom à la cité de David (1Chr 15 :16-19), c’est après que le roi David lui assigna la fonction permanente de jouer des cymbales pendant le service divin (1Chr 16 :4,5,7).

Asaph fut le chef de trois familles de musiciens chargées de jouer et de chanter devant Dieu (1Chr 25 :1-9), ils se plaçaient à droite pendant le service (1Chr 6 :23-24,39) cette famille est souvent mentionnée dans 2Chr 20 :14 ; 29 :13), les 128 de ses membres, tous chantres, revinrent de Babylone (Esd 2 :41 ; Néh 7 :44) . ils dirigèrent le chant des Psaumes, lorsque Zorobabel posa la fondation du Temple de l’Eternel (Esd 3 :10), les titres de 12 Psaumes (Ps 50 et 73 à 83) indiquent comme auteur Asaph ou peut-être ses fils.

Ethan signifie durable, permanent, son nom fut changé en Yedoutoun (l’homme qui loue l’Eternel), il est descendant de Juda, de la famille de Zérah (1Chr 2 :6 ) c’est celui dont on vanta si fort la sagesse (1R 4 :31 ; 5 :11 ; Ps 89 ; Lévite de la famille de Guerchom de la maison de Libni (1Chr 6 :27-28,42-43 ; Nb 26 :58), Lévite de la famille de Merari, de la maison de Mouchi, fils de Qichi (Qouchaya), un chantre  (1Chr 6 :29,32,44,47 ; 15 :17,19 ; 16 :38-41 ; 25 :1)

Hémân signifie fidèle, de la tribu de Juda dont la réputation de sagesse était grande, il vivait sous le règne de Salomon (1R 4 :31 ; 5 :11, chantre sous le règne de David fils de Joël, petit fils du prophète Samuel et Lévite Qehatite (1Chr 6 :18,33) il devint l’un des meilleurs musiciens de David (1Chr 16 :41-42)

David revêtu des habits sacerdotaux (un éphod de lin), offre des sacrifices et danse en poussant des cris de joie avec les Israélites. A ce moment les trompettes retentissent. David n’étant pas un descendant d’Aaron, il ne peut en temps ordinaire faire fonction de prêtre, mais il est l’oint du Seigneur, le fondateur de la lignée messianique qui trouvera son accomplissement en la personne du Roi des rois et le Seigneur des seigneurs (2Sa 7 :12-16 ; 1Sa 2 :35 ; Dt 18 :15-19).

9-Conclusion:

En conclusion, voilà comment le Peuple de Dieu corps de Christ doit rendre un culte à l’Eternel.

 

Une attitude intérieure du chrétien comme David devant Dieu, le corps de Christ, doit rendre hommage, adorer Dieu et le faire mutuellement  les uns avec les autres. Nous voyons dans l’A.T. que les sacrifices sont au centre du culte, dès le début de l’humanité, les hommes et les femmes ont exprimé leur reconnaissance et leur vénération à Dieu par des sacrifices en invoquant son Nom (Gn 4 :4,26 ; 8 :20 ; 12 :8 ; 35 :14).

Au Sinaï, Dieu a codifié la manière de lui rendre un culte qui lui soit agréable. Au tabernacle et au temple le culte comportait la lecture de la loi (Ex 24 :7-8), les divers sacrifices (Lv 1-7 ; Dt 12 :5-7), la récitation de la Loi de Dieu (Nb 15 :37-41 ; Dt 6 :4-9 ; 11 :13-21), des prières (1R 8 :22-53 ; 2Chr 20 :5-12 ; 30 :18-20), l’offrande de parfum, plus tard, le chant des Psaumes par les Lévites (1Chr 16 :42 ; 2Chr 5 :12-13 ; Ps 81 :3-4),

 

Le culte chrétien doit être dans la liberté dechacun mais dans l'harmonie mutuelle et suivant les préceptes de la Parole de Dieu. Il comprend des prières compréhensibles, le chant des Psaumes, d’hymnes et de cantiques spirituels, la lecture des Ecritures, des paroles d’enseignements, d’exhortation et d’édification.

 

Le culte sur la terre doit être le reflet du culte dans le ciel. Celui de l’ancienne alliance était l’ombre des réalités célestes (Hb 8 :5). Le véritable culte chrétien commence par la consécration de tout notre être à Dieu, qu’il englobe toute notre vie, qu’il est inspiré par l’Esprit de Dieu et par notre reconnaissance pour ses bien-faits.